Categories

Accueil > Actualités > PORTRAIT - Arthur, jeune pâtissier en situation de handicap à EAG (...)

28 septembre 2017
Administrateur

PORTRAIT - Arthur, jeune pâtissier en situation de handicap à EAG Pâtisserie…

Quelle différence entre Arthur et un pâtissier traditionnel ? Arthur est en situation de handicap. Arthur nous le dit, « Jamais je ne me serais vu il y a un an pâtissier et me lever le matin en me disant, tiens je vais faire un Royal (un dessert complexe à réaliser) ! »... Arrivé à EAG Pâtisserie en mars 2017, Arthur s’apprête à signer un CDI dans cette entreprise adaptée et Société coopérative qui a su l’accopagner. EAG Pâtisserie propose des produits traiteur et de pâtisserie 100% artisanal sur le Voironnais et en Isère.

Cuisinier de formation, Arthur a recherché pendant 2 ans un poste en tant qui cuisinier… en vain. Les recherches sont restées infructueuses, un lien avec la perception sur son handicap ? (Arthur est hémiplégique). En 2016, CAP Emploi diffuse largement son CV, qui attire l’attention de Gilles Cochet, gérant et co-fondateur de l’entreprise EAG Pâtisserie. Arthur intègre alors EAG Pâtisserie en stage d’immersion pendant 2 semaines. « J’étais d’abord réticent à intégrer cette entreprise en pâtisserie, j’avais peur de ne pas y arriver, je n’avais pas confiance en moi, j’avais peur de l’impact de mon handicap ». Et de dire maintenant : « Ce qui me plait vraiment, c’est l’idée de progresser, d’apprendre, et de penser à garder le positif »

Mais en 2 semaines, Arthur prend vite ses marques et il intègre l’équipe. Arthur nous parle de l’accompagnement de l’équipe, l’adaptation de son rythme de travail (au départ 24h semaine), tout ce qui lui redonne confiance, les conseils d’Eddy, le chef pâtissier. Il sait qu’il peut faire appel à l’équipe pour l’aider dans certaines tâches, sur son poste de travail : « On m’a vraiment bien intégré, on m’a trouvé des solutions quand j’avais des problèmes. Il y a une super bonne ambiance avec l’équipe, et on sait se dire les choses quand ça va moins bien. » 6 mois après son embauche, Arthur nous livre « je ne souhaite qu’une chose aujourd’hui, rester dans cette entreprise, voire peut-être envisager une formation de pâtissier plus tard. » Grande nouvelle : Arthur doit signer un CDI pour 30h / semaine dès le mois d’octobre 2017. Une succes story pour un jeune pâtissier en devenir, pas comme les autres.